Rantanplan – Rudeboys von der Reeperbahn

            

Rantanplan – Rudeboys von der Reeperbahn (21/06/2019 – Drakkar Entertainment / Soulfood Music)

Un court article que j’avais pas vraiment prévu. D’ailleurs une sortie que j’attendais pas non plus et qui m’a surprise. Le 21 juin dernier, alors que rien n’annonçait cette parution (du moins à ma connaissance, j’ai ptêt raté l’info aussi) Rantanplan sortait un nouvel EP.

Alors que le dernier album “Stay Rudel – Stay Rebel” était sorti en tout début d’année, voilà que le mois de juin a vu apparaître “Rudeboys von der Reeperbahn” un EP de 6 titres auquel je ne m’attendais vraiment pas (contrairement à l’album que j’ai guetté de longs mois). En fait cet EP était originellement inclus avec la version limitée du dernier album; j’apprécie qu’il ait été ensuite sorti indépendamment, c’eut été dommage de s’en priver pour ceux qui sont passés à côté.

Une vraie surprise pour moi, j’étais vraiment jouasse, d’autant plus que le dernier album m’avait particulièrement réconciliée avec le groupe (bon, c’était pas une grosse brouille non plus mais bon…). Au moment de la sortie de “Rudeboys von der Reeperbahn”, j’étais contente, je l’ai écouté, mais pas d’effusions, j’suis très rapidement passée à autre chose.

Et puis finalement, des semaines après j’y suis revenue, sans savoir pourquoi, et ça a pris. Plus que je pensais en fait. Le contexte y fait ptêt, dimanche matin, crevée, envie d’y aller en douceur, de confort et d’apaisement. Et je reconnais que cet EP pour moi c’est du confort, et ça a tourné toute la matinée. Y’a des voix et des sons qu’on a tellement écoutés par le passé que ça devient familier, comme rassurant. C’est le cas pour moi, avec le son de Rantanplan et la voix de Torben Meissner.

 

Des morceaux tout cool (“Notaufnahme”, “Wir kommen nicht aus Trenchtown”) du ska-reggae bien marqué (“Rudeboys von der Reeperbahn”), du + rock à l’esprit punk (“E”, “Finger 13”) voire pesant (“Scheiss auf gestern”). On retrouve la patte de Rantanplan, et on aime. Alors bien sûr, par rapport aux débuts de Rantanplan, le rythme s’est adouci ces derniers temps, mais la qualité reste au rendez-vous.

Un très chouette complément à l’album de janvier dernier, à écouter sans modération et qui vaut le coup d’y revenir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *