Drunken Swallows

Drunken Swallows

Drunken Swallows, ma nouvelle zone de confort ? Sans le moindre doute.
J’ai découvert le groupe Drunken Swallows cette année, à l’occasion de la sortie de leur EP Mr. Party. Dès la première écoute, j’aimais. Dans la foulée est sortie la vidéo de leur reprise de Back for Good (originellement des Take That). Je sais qu’il y a des tonnes de pays (même francophones) où on ne comprend pas cette expression, mais je vois pas d’autre façon de le dire : j’me suis tapé des barres de ouf. Non vraiment, j’ai trouvé ça à mourir de rire. [À l’occas de la rédaction de cet article, j’ai à nouveau regardé leur dernière vidéo,et vraiment, j’ai eu le smile durant les 3:44 de la vidéo]

Bref. Toujours est-il que, shame on me (mais alors là big big shame), je ne les connaissais pas avant. Et je me sens vraiment idiote sur ce coup. Enfin si, je connaissais le morceau « Wo stehst Du? » que j’avais maintes fois entendu sur la playlist Protest Sounds (KBAN). Mais j’avais jamais pris le temps de m’intéresser vraiment à eux, et putain c’que je regrette, tant de temps perdu… sad

Drunken Swallows donc, groupe punk rock germanophone, fondé en 2009, originaire du nord de l’Allemagne, au bord de la mer Baltique, à Oldenburg in Holstein. Après quelques changements au fil des années, le line-up actuel du groupe : Frank Hoffmann (guitare, vocals), Phil Neumann (basse, vocals), Dennis ‘DeeDog’ Lindner (guitare) et Pit Weidemann (batterie).

Pour ce qui est de leur discographie, je vous renvoie à leur site ou autre, ce qui compte et ce qu’il y a à en dire, c’est que c’est tout du bon.

Drunken Swallows - 10 Jahre Chaos (live) (2019)

J’me sens pas « légitime » à faire du review détaillé et technique, comme d’habitude, j’peux juste en dire ce que ça m’apporte. Parce que oui, ça m’apporte. Je parlais en intro d’une zone de confort, et c’est exactement ça. J’ai été conquise dès la première écoute de Mr. Party, hilare devant leur dernière vidéo, et j’ai jeté mon dévolu sur l’album live du groupe « 10 Jahren Chaos », que j’écoute non-stop depuis. Leur son pour moi, c’est comme quelque chose qui m’enveloppe et me réconforte. Je saurais pas expliquer ; surtout avec autant de retard dans la découverte de ce groupe.

Il m’accompagne tout au long de la journée, au creux de mes oreilles dès le lever. Ce live est un bon condensé de leurs opus précédents, et j’y trouve mon compte. J’y passe par toutes les émotions, de la grosse bouffée d’optimisme sur Da wo du bist à de la mélancolie frôlant le mal de bide sur Ich lasse mich fallen, en passant par de la combativité sur Wo stehst Du? et un enthousiasme de dingue qui vous donne envie de fait bouger sur One, Chew, Free, Far..!. Bref, toute une palette d’émotions, sans compter la puissance de Love St Pauli, tout en douceur et en force à la fois, quasi déchirante pour ma part.

Y’a d’ailleurs un truc assez révélateur pour moi, c’est le délai avant que je me jette sur le net pour trouver les paroles, tant l’envie de chanter est irrépressible (paroles qu’on peut par ailleurs trouver très facilement, elles sont dispos sur leur site).
Ci-dessous 2 vidéos, un live, et je résiste pas à partager le dernière vidéo qui m’a fait tant rire :

Bref, j’apporte pas grand-chose de nouveau, ce groupe est déjà archi connu, archi aimé, et y’a de quoi. Ces dernières années j’ai fait pas mal de découvertes de groupes dont certains sont devenus des incontournables pour moi. Et même si on est qu’au mois de mars et qu’il reste encore 9 mois avant de finir l’année, j’peux clairement dire que Drunken Swallows est sans aucun doute THE découverte de l’année pour moi. Bien (trop) tardive, certes, mais ô combien cruciale. In short, touchée en plein cœur.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.