Feral Kids – Feral Hits

Feral Kids

Feral Kids Feral Hits (25/09/2020)

   

Voilà. C’est quelque chose que j’apprécie particulièrement avec les réseaux sociaux ou internet d’une manière plus générale, c’est l’ouverture sur le monde que ça offre. On peut maintenant découvrir des tas de choses d’autres pays, qu’on n’aurait jamais eu l’occasion de découvrir “à mon époque”.

En matière de son notamment. Quand on est féru de musique et constamment en quête de nouveautés, c’est parfois (souvent ?) ailleurs qu’on trouve son bonheur. Et là en l’occurrence c’est le cas, et c’est en Grèce que j’ai dégoté (ou plutôt qu’on m’a servi sur un plateau) le groupe Feral Kids.

Sur Bandcamp (et ailleurs) ils se définissent eux-mêmes comme “Athens Riot Blues“. À l’écoute de leur musique, on comprend très vite pourquoi. Pour faire le topo habituel, la composition du groupe : Morpheus (guitar), Cider (vocals), Feral Kay (guitar), Vag B.Bad (drums), et DD King (bass). La formation du groupe remonte à mai 2020 et c’est en septembre 2020 (c’est assez frais donc) qu’est paru leur premier EP 6 titres, auto-produit, « Feral Hits ». Ça fait longtemps maintenant qu’ils sont impliqués dans la scène DIY punk et hardcore et ils ont joué dans plusieurs autres groupes comme Chain Cult (post-punk), Omichli (street punk depuis 1995), Dirty Wombs (hc japonais), Molisma (hc punk) etc.

Feral Kids - Feral Hits

La tracklist détaillée :

1. Morpheus & The Jooges 03:53
2. Vankenstein 03:04
3. Nowherapolis Police 02:47
4. Dusty Breeze 03:19
5. Poiser 03:23
6. Honey Pool 03:55

Dès la première piste (Morpheus & The Jooges) le ton musical est donné, on sent une énergie toute particulière qui se dégage. On ne peut s’empêcher de penser à Motörhead. Et la dernière phrase du morceau illustre bien ce qui nous attend du début à la fin de cet opus : « He and his dudes are gonna electrocute you ». Nous voilà prévenus ! Électrifiant, électrisant, difficile de choisir le qualificatif approprié, les deux en fait, et toujours est-il que ça fait de l’effet. Rock’n’roll survolté, on y est. Politiquement conscients, à la mentalité antifa, antisexiste et anticapitaliste, ils aiment tout de même conserver du fun dans les thèmes et paroles de leurs morceaux.

Un lead vocal tranchant, agressif mais pas trop, et qui fait honneur à des paroles concises, mais efficaces. Solos chiadés, guitares endiablées, batterie énergique, tout est là et nous plonge dans ce riot blues qui ne nous quitte plus tout au long de chaque morceau. On se retrouve comme dans cette phrase du morceau Nowherapolis Police, « Dance in the rhythm of riot blues ». Feral Hits par Feral Kids, c’est bel et bien sauvage !

Pour conclure : un premier opus très prometteur pour la suite qu’on espère imminente. Allez les écouter, achetez leur matos, soutenez les, pour qu’on puisse continuer à profiter de cette putain de dose d’énergie !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.