White Sparrows – Kein Applaus

Foto: Fotostudio Fischer

    

White Sparrows – Kein Applaus (5/01/18 – MetalSpiesser Records)

White Sparrows, alors… Ils viennent du sud de la Hesse (Südhessen) en Allemagne, et le groupe (maintenant composé de Nico Klein, Martin Schäfer, Domi Lasic et Philip Möke) a été fondé en 2010. Encore un groupe que je connaissais pas, et qui fait partie de mes “révélations” 2018. Je les ai découverts en écoutant la webradio Punrockers Radio (.de), quand ils passaient le morceau “Gott Sei Punk”. Wow, coup de foudre. C’était assez puissant, pêchu, ça sonnait bien, un air d’hymne punk rock, germanophone; j’me suis jetée sur Google pour en savoir plus, et j’ai pas été déçue, loin de là.

Le morceau que j’avais entendu (en novembre je crois) fait partie de l’album “Kein Applaus” qui était sorti des mois auparavant, en janvier 2018. Beaucoup de temps perdu pour moi donc, mais j’me suis bien rattrapée depuis.

L’album comprend 13 titres, et est accompagné d’un EP de 7 reprises, pas des moindres (de Reach for the Sky de Social Distorsion à Sheena is a Punk Rocker des Ramones, en passant par des titres de Misfits, die Toten Hosen, Rio Reiser…) et franchement très réussies (voire qui ont ma préférence par rapport à l’originale, c’est le cas pour “Ich Bin Bei Dir” des Broilers). Certaines de ces reprises m’ont permis de découvrir des morceaux que je connaissais pas, comme König Von Deutschland de Rio Reiser ou Rock ‘n’ Roll Babylon de The Revolvers.

Pour le reste, des morceaux qui sonnent comme des hymnes punk (Gott Sei Punk), des morceaux plus rock (on sent l’influence de Social Distorsion et autres), ou encore la ballade Das Leere Glas.

Du punk rock allemand aux paroles bourrées de critiques sociales et au positionnement ouvertement antifasciste (en dehors des textes des morceaux, un coup d’oeil à la pochette de l’album suffit à le comprendre). Le chant est incisif, et la voix quasi écorchée vive face aux dérives du monde actuel (très frappant dans Aasfresser, en collaboration avec Stefan de Dritte Wahl, ou encore Keine Alternative, saine réaction face à l’arrivée de l’AFD au Bundestag).

L’intention est évidente et la musique accroche, j’ai de suite eu l’impression de connaître les morceaux depuis des années. Bref, pour résumer, très efficace en ce qui me concerne, Kein Applaus m’a touchée en plein coeur et clairement embarquée.

Pour avoir eu la curiosité de jeter une oreille à leur album précédent, je devine du mouvement dans leur formation (changement de chanteur principalement) et j’dois dire que j’ai beaucoup plus de mal avec l’ancien stock. Je ne retrouve pas ce qui m’a embarquée direct avec l’album Kein Applaus. Faut avouer qu’après avoir écouté le groupe avec Nico Klein au chant, difficile de faire abstraction; c’est loin d’être un détail dans ce qui m’a fait aimer le groupe…

A noter pour finir que les quelques vidéos des morceaux issus de l’album (Aasfresser, Keine Alternative et Das Leere Glas) ne se trouvent que sur la chaîne Youtube de MetalSpiesser Records. De même dans la série bâtons dans les roues, en raison d’un changement de label, l’album est temporairement indisponible sur Spotify, ce que je trouve particulièrement regrettable pour ceux qui voudraient découvrir l’album avant de l’acheter.

EDIT: Depuis la rédaction de cet article, l’album est à nouveau dispo sur Spotify, donc on fonce l’écouter!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *