!Mess! – Stay Young! Stay Free! Stay Pissed!

!Mess! – Stay Young! Stay Free! Stay Pissed! (1/3/2019 – Laketown Records)

Wow, fucking coup de cœur… Ca faisait quelques jours que j’fouinais le net, les labels, webradios etc… avec l’espoir de faire une “découverte”, avec du bon ptit band pas (encore) trop connu et qu’aurait sorti quelque chose que je kiffe au point d’écouter en boucle. Le level suprême en général dans mes pratiques musicales, c’est d’atterrir sur mon MP3 pour que j’écoute sous la douche, quand je fais du sport, dans mes écouteurs quand je me prépare le matin ou quand je lis. Ça en dit beaucoup sur mon appréciation d’un groupe s’il atteint ce level, et combien de temps il y reste. Bref, j’avais envie de trouver une pépite, et j’trouvais rien de transcendant.

Et finalement, on va confirmer l’adage qui dit que c’est quand on cherche pas qu’on trouve. Le truc con vraiment, j’vous la fais courte: au réveil d’une semi-sieste avec une webradio en fond sonore, ce qui passait à ce moment-là m’a saisie. Mais vraiment, y’avait un côté “évident” dans ce que j’entendais. C’était vraiment bon. Schéma habituel, j’me jette sur le pc pour trouver des infos et en entendre plus. S’agissait de !Mess! avec Friday Nights, un titre de leur dernier album sorti en mars dernier, donc du tout frais.

!Mess! donc, un groupe autrichien qui nous vient de Kapfenberg et fondé en 2016, donc ça aussi c’est du tout frais, j’suis pas trop à l’arrache. !Mess! est composé de Bernd (vocals/guitar), Joe (guitar/vocals), Face (bass/vocals) et Schwini (drums/vocals). Concernant leur discographie, on note 2 titres parus chez No Front Teeth Records (Londres) début 2017 “Self Destruct” et “H-Song” et le single “Catastrophe” en mai 2017, qu’on retrouve sur l’album “Tales from the Heart” (paru chez Wanda Records en octobre 2017 et enregistré au S.T.R.E.S.S. Studio de Graz). Et enfin le 1er mars 2019 l’album “Stay Young! Stay Free! Stay Pissed!”. C’est sur celui-là que je vais m’attarder pour le moment, même s’il est pas exclu que je m’occupe du précédent par la suite.

Street punk rock and roll, on les compare souvent à US Bombs, mais perso ça m’a surtout fait penser à Rancid (ptêt aussi parce que je connais davantage). Par la musique elle-même comme par le chant. On retrouve beaucoup de sons à la Tim Armstrong dans le vocal, c’est indéniable. Le grain de voix, la manière de sortir les mots, les intonations. Et sans être un copié/collé pour autant, ça fonctionne à la perfection avec le reste. Et le reste en question, c’est vraiment bon aussi. Les morceaux sont bien construits, les riffs accrocheurs, les mélodies entrainantes, les vocals se répondent super bien et c’est très instinctif. Certains morceaux ont des allures d’hymnes. On a presque l’impression de déjà connaître. Y’a des effluves de street punk californien dans les mélodies, la West Coast. Le rythme, l’énergie, et pas mal de sing-along qu’on se fait une joie d’accompagner sur plusieurs titres. Tant dans les Woho, Hey, et autres Nanana, que dans les refrains rapidement assimilables.

Concernant le fond, les textes, ils disent eux-mêmes “Tales straight from the heart. No politics! We care but Don’t cry about it!! Life’s too Short!!“. Le fait même de souligner que les textes ne sont pas politiques est déjà une manière de préciser qu’ils n’y sont pas indifférents. Et même si j’ai un gros penchant pour les groupes “positionnés”, ici peu importe, leur musique suffit à en faire un bon groupe qu’on a plaisir à écouter.

A noter le truc super, mais vraiment super appréciable (fucking rare, et beaucoup devraient en prendre de la graine): en achetant la version numérique de l’album, on a droit dans le fichier zippé, en plus des 11 pistes, des 2 fichiers image des pochettes recto et verso, à un joli pdf (esthétiquement j’le trouve très chouette) reprenant les textes des 11 morceaux et avec les détails concernant l’album. On y apprend donc que l’album a été enregistré en août 2018, que toutes les chansons sont écrites par !Mess!, que les paroles sont de Bernd Hackl (sauf “Leave Me Alone” écrite par Joe Diepold), que l’album a été enregistré, mixé et masterisé au S.T.R.E.S.S. Studio de Graz par Tom Zwanger (qui participe aussi aux vocals et qui a co-produit l’album avec le groupe), et qu’on doit l’artwork à Luke Johnson (Dismay Design) et la photo à Cri Pilotto. Figurent aussi l’adresse de la page Facebook du groupe ainsi que l’adresse mail où les contacter.

Bref. J’écoute en boucle depuis plusieurs jours, j’aime leur son, ce qu’ils dégagent. Parfait en ce début de printemps, je sens que j’vais les écouter un bon moment. Me rappellent beaucoup Rancid par plein d’aspects. C’est assez ma came. Pour finir, j’ai juste envie de reprendre les paroles de Friday Nights: “Play me some punkrock and turn the volume up“…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *