RedSka – The Mighty Live

        

RedSka – The Mighty Live (19/10/2014 – One Step Records, Good Fellas/Mad Butcher Records)

Ca fait un moment que ça me démangeait de parler d’eux, mais c’est presque “douloureux” dans la mesure où j’ai découvert ce groupe trop tard, après sa séparation, et à l’instar de Skankshot ou d’autres, savoir que j’aurai pas la chance de guetter le prochain album me fait vraiment iech. J’ai cette sale impression d’être passée à côté de quelque chose, d’avoir raté le coche. Bref, il est quand même grand temps pour moi de parler de ce groupe, et de cet album qui est clairement un de mes favoris.

RedSka donc, ils nous viennent de Romagne en Italie, et le groupe a été fondé en 2001. Plus de 15 ans d’activité, de concerts dans toute l’Europe, de “Combat Ska-Punk”, avant l’annonce en février 2017 de la fin de groupe. “Combat Ska-Punk”, c’est ainsi qu’ils se définissent et c’est tout à fait juste. Au delà des racines Reggae, Ska, Punk, l’engagement politique et Antifa est nettement mis en avant et fait partie de l’essence même du groupe. Le dernier line-up en date (suite entre autres au départ du chanteur Ale Il Duca en 2015): Frank Skaglione (vocal & trompette), De Veggent (claviers), The Lord “Rocksteady” Montz (guitare), Aflo (basse), Lele (batterie), Teo Watchamanna et M. Troy (trombone). Ils ont monté leur propre label indépendant, One Step Records, et leur discographie est conséquente :

2004 – Mi son sbagliato nel confondermi – CD – Sana Records/Audioglobe
2007 – Mi son sbagliato nel confondermi ed. 2007 – CD – One Step Records
2008 – Le mie prigioni – CD/LP – One Step Records/Venus, Black Butcher Records
2011 – MSSNC (“Mi son sbagliato nel confondermi” new edition) – CD – Black Butcher Records
2011 – Rude League (Split album w/ The Offenders) – CD/EP (7”) – Black Butcher Records, Kob Records, RedStar73 Records
2012 – La rivolta – CD/LP – One Step Records/Venus, Black Butcher Records
2013 – Bella Ciao – EP (7”) – One Step Records, Black Butcher Records
2014 – The Mighty Live – CD – Black Butcher Records, One Step Records/Good Fellas
2016 – Red Spring – EP (7”) – Black Butcher Records, Mad Butcher Records

Comment j’ai eu vent (trop tard) de ce groupe? Je crois que c’est bêtement via leurs participations sur les morceaux d’autres groupes. Je venais de découvrir le vivier italien, de Talco à Los Fastidios, en passant par mes chouchous de NH3 SkaCore. Je pense notamment à un de mes morceaux préférés de NH3, avec Los Fastidios et les fameux RedSka, “Against Racism”, où tout est dit et tout me plait, fond comme forme. Et puis de fil en aiguille (et en suggestions Youtube bien ciblées) j’étais tombée sur le clip de La Rivolta de RedSka. Gros gros coup de cœur. J’étais conquise dès les premières notes de l’intro et la mélodie du refrain jouée aux cuivres, l’accompagnement aux claviers, le rythme, l’énergie (et le bassiste en kilt). Et ce putain de refrain, qui te fait regretter de pas parler un mot d’italien. Parce qu’autant j’me démerde en allemand, autant en italien, ben heu, que dalle. Mais ce refrain est tellement puissant, que rien que pour ça, j’suis allée chercher et traduire les paroles (j’imprime pas en phonétique simple, besoin de comprendre), et je les ai apprises. J’en ai bavé, mais ce putain de refrain maintenant, j’le tiens.

Se dal basso sentirai, qua dall’alto di una gru inizierà la rivolta!
Se dal basso lotterai, a pugno chiuso tu sarai, sarà la nostra vittoria!

Donc à l’heure actuelle, tout ce que je suis foutue de dire en italien, parle de révolte qui commencera du haut d’une grue, et de victoire le poing serré. Mais le plaisir de pouvoir le brailler à tue-tête, c’est indescriptible.

 

C’est au live enregistré lors de leur prestation au festival Mighty Sounds le 11/07/2014 que je vais m’intéresser, tout simplement parce que c’est le skeud que j’écoute le plus, que je connais le mieux, et qu’il regroupe différents titres des précédents albums, avec en fond l’ambiance du festival, l’atmosphère de la prestation elle-même. 10 titres live donc, et également 3 versions studio, “Bella Ciao”, ” Simile”, et “La resistenza” (feat. NH3).

Ce qui se dégage de cet album live, c’est qu’ils sont proches du public, et ils sont dans le partage. Leur militantisme en est d’autant plus flagrant de par leurs échanges avec le public. Quant au son, on a affaire à du ska, ska-punk, teinté de reggae, rocksteady, ragga… bref, une multitude d’influences qui rend leur musique assez irrésistible et pouvant plaire à un très grand nombre. Sur leur page facebook, ils disent aimer Manu Chao, Banda Bassotti, Ska-P, Irie Revoltes, Los Fastidios, Bob Marley, The Clash. Tout ça se ressent dans leur musique et en fait un son propre à eux. Tous les instruments jouent leur rôle, sont précis. Les chœurs sont puissants, entraînants. Le rythme est particulièrement plaisant et va à merveille avec la cadence de diction du chant en italien.

Cet album live reflète bien le reste de leur discographie, l’ambiance du live en plus. Il en émane une énergie impressionnante, une puissance, qui appuie d’autant plus l’intensité de leur militantisme. Farouchement antifascistes, antiracistes, contestataires, leur musique met en valeur leurs textes sociaux, politiques, et booste instantanément qui partage ces idées. Cet album est une très bonne approche de ce groupe et donne un très bon aperçu de leurs nombreuses qualités.

Pour finir, difficile de choisir un morceau préféré parmi les titres de cet album qui balaye un peu toute leur discographie. Mon cœur va instinctivement vers Bella Ciao, par réflexe, et je reconnais avoir longtemps eu un gros gros faible pour Hooligan Rude Boy. Ceci dit, tout le reste vaut aussi le détour, je pourrais citer toutes les pistes, l’album est bon de la première à la dernière minute et les titres s’enchaînent à merveille. On est plongés dans cette ambiance de ska militant italien, de “Combat Ska-Punk”, et on y est vraiment bien.

Bref, malgré une découverte tardive, ils me manquent horriblement. Ça serait pas du luxe de les avoir encore, on a grand besoin d’eux en Italie (la situation étant ce qu’elle est, j’imagine qu’ils n’en seraient que plus remontés), en Europe, partout en fait. Leurs positions et leurs messages sont essentiels et le seront encore longtemps. Vala, je les aime très fort.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *